Jean-Pierre Delforge

Redoutable 0P1

Janvier 72, première patrouille du SNLE le Redoutable.

J’en étais.

Sorti de l’Ecole Trans, j’ai choisi la filière Calcul SNLE car elle représentait un défi technique et opérationnel qui me semblait intéressant dans le monde que nous abordions, mais aussi une aventure…


(cliquer sur photo pour l'agrandir)

Je n’étais pas seul, nous étions deux, avec Jean, notre secrétaire. Nous avons donc suivi de multiples cours et stages, Toulon, Cherbourg, Cadarache, et le cours calcul à Brest. A cette  époque, les programmes étaient composés à partir de cartes perforées, la mémoire vive d’un ordinateur gros comme une armoire était un bloc de tores de ferrite de la taille d’une boite de conserve qui exigeait une température très précise pour tourner rond, nous écrivions en logande, la préhistoire de l’informatique…

Les essais du Redoutable s’achevaient et la première patrouille approchait. Jean et moi-même devions faire partie des deuxième et troisième patrouille.

Seulement voilà, trop fort n’a jamais manqué et quelques semaines avant l’appareillage, Alfost décide d’assurer l’avenir en faisant embarquer un maximum de personnel en double.

Gagné, me voilà planifié pour 0P1 ! Je vais donc à l’Ile Longue rendre ma visite d’embarquement en tenue de pardon, au Second du Redoutable (pas de nom…) :

« Mes respects commandant, je suis désigné pour remplacer le LV Pelliard. »

« Mon pauvre vieux, vous n’y arriverez pas ! » Super, merci de l’accueil …

Malgré cet avis péremptoire, la partie technique ne m’inquiétait pas trop : la présence de Felix était justement pour moi un gage de sécurité et les officiers-mariniers étaient de grande valeur.

Par contre, familialement, c’était autre chose ! Ce départ trois mois plus tôt, allait me faire manquer la naissance de mon troisième ! J’avais déjà raté le deuxième (pas de chance, c’était mai 68 et j’étais à Tahiti …). Il allait falloir se reconfigurer : trouver des familles d’accueil pour les deux ainés, et prendre une décision de taille pour le troisième qui devait naitre deux semaines après la date prévue (secret défense) d’appareillage.

La décision est prise : direction les dunes de Ker Emma et séance de stock car avec la voiture.

C’est ainsi que Clotilde est née avec quinze jours d’avance et 3 jours avant l’appareillage…

Au fait, pour la patrouille, pas de problèmes techniques majeurs ; il y avait quand même une vitesse où les ordinateurs (cf les armoires ci-dessus) rentraient en vibration, de quoi entamer un dialogue avec le PCNO … Quant à mes cothurnes, il y avait un futur Commandant de SNLE qui s’est ennuyé ferme, et un troisième missilier.