Jehan Marion

(anecdote numéro 4)

Enfin, une dernière escale, toute gentille !

L'ARETHUSE retourne à l'école

Il est bien fréquent de voir des visiteurs se presser à bord d'un bateau de guerre en escale, mais quand il s'agit d'écoliers pleins de questions accompagnés d’une jolie maitresse qui promet de vous envoyer ensuite rédactions et dessins, comment résister à l'envie de promettre un prix au meilleur ?

C'était en mai 1978, à l'Ile Rousse…mais laissons leur la parole, sur le mode de la fameuse tirade du nez d'un certain Cyrano.

Lyrique: Vers la fin du mois, dans les eaux bleues du port, mouillait le sous-marin Aréthuse.

Concis: Cet après midi, j'ai visité avec ma classeun splendide sous-marin tout noir.

Expansif: Tous les élèves de ma classe, accompagnés de notre institutrice, avons eu le bonheur de visiter un sous-marin. A deux heures nous nous sommes mis en route. Quand nous sommes arrivés au port où ce grand et beau sous-marin de guerre était amarré, nous étions fous de joie!

Sensitive: Quelques copines et moi sommes entrées les dernières de notre classe: ça sentait le gaz pour endormir les malades!

Les premiers contacts avec les marins semblent encourageants:

Psychologue: Nous avons été accueillis par le capitaine de ce bâtiment: il était heureux de nous donner des indications.

Attentive: Le capitaine, très souriant, nous a dit: "il mesure cinq mètres de largeur, cinquante mètres de longueur et il occupe quarante neuf matelots. Il peut plonger complètement dans la mer sans être aperçu et, en temps de guerre, il défend la France."

Mais, une fois à l'intérieur, la première impression est donnée indubitablement par les couchettes…

Directe: Nous sommes tous descendus à l'intérieur, et là nous avons visité les couchettes des marins qui sont petites et garnies de tables pliantes pour les repas.

Précise: Dans le sous-marin vivent quarante neuf matelots et il n'y a que trente couchettes. Mais vous comprenez que ça ne va pas ! Alors le Maître nous a dit que pendant qu'un matelot dort il y en a un qui veille!

Enfantine: Les lits étaient très drôles, mais aussi très petits.

…pour laisser la place, au cours de la visite, à des sentiments plus complexes :

Ahuri: On a demandé combien il pesait. Nous avons été étonnés par cet énorme poids que je vais vous dire: 540 tonnes, et 660 tonnes dans l'eau!

Ingénieux: Une machine qui envoie des messages à Paris, et des téléphones pour parler aux autres bateaux.

Approximatif: Il est propulsé par un puissant moteur à fuel.

Redoublant: Deux salles des machines sont nécessaires pour la bonne marche de ce sous-marin.

Pédagogue: Périscope: sorte de radar pour voir en surface quand il est sous l'eau.

Un certain nombre de questions et de sujets d'étonnement restent cependant en suspens:

Timorée: Ce qui m'a fait très peur, c'était les bombes!

Curieuse: J'aurais été curieuse de voir la cuisine, et même le second étage.

Affolée: Il y a tellement de couchettes, il y a tellement de machines et de radars que je me pose cette question: comment font-ils pour s'y retrouver?

Compatissante: Aussi cette chaleur qui règne à l'intérieur, les pauvres marins doivent suffoquer pendant vingt jours durant! Remarquez, nous dit un marin à la sortie, on s'y habitue.

En conclusion un après-midi agréable et un bon souvenir pour tous:

Héroïque: Je me plaisais à imaginer ce monstre marin de 600 tonnes sillonnant le fond des mers au nom de la guerre ou de la paix.

Ménagère: Dedans tout est propre, bien organisé, et je trouve qu'il est très joli.

 

Que voulez-vous ? Tous les écoliers ont gagné un prix…